CAP 10 & APEX

Informations du moment, débats, ...

CAP 10 & APEX

Messagepar JEAN-LOUIS FELTES » 10 Sep 2005, 18:48

A propos d'APEX



Entendre parler d'entreprises en situation difficile est devenu fréquent de nos jours. Les commentaires qui accompagnent ce genre de situation, transmis de bouche à oreille ou diffusés par les media, tiennent plus d'une amplification frénétique des difficultés et des erreurs que de l'éloge de vertus. Ainsi, après la disparition de CAP INDUSTRIES, il est des voix et non des moindres qui font l'éloge du savoir-faire de cette société. Trop tard, le juge a pris sa décision, fini l'avenir de notre monoplace de compétition. Alors, on peut se demander si, disposant d'un dossier comportant plus d'informations à caractère positif, la décision de ce juge n'aurait pas été autre.

Une situation qui pourrait de venir analogue est en train de s'établir à propos de la société APEX. Pour s'en convaincre, il suffit de lire les commentaires concernant le procès APEX sur le Forum de la FNA : haro sur le baudet, ça ne le fait pas avancer, mais sur le moment ça fait du bien, ça soulage …peut-être, mais après ?

Sans prétendre vouloir nous poser en défenseurs de la veuve et de l'orphelin ou de l'opprimé, il nous a semblé devoir fournir un témoignage à porter au crédit de cette société dans le cadre du problème que notre club vient de rencontrer après l'achat d'une des premières ailes de CAP 10 renforcées carbone.
Nous avions constaté des pertes de contrôle en roulis sous facteur de charge négatif qui rendaient l'appareil inutilisable en voltige négative. A l'issue d'une période assez longue d'hésitations, d'interrogations, d'essais, de recherches, conduite en collaboration avec Dominique ROLLAND aucun résultat n'avait été obtenu si bien qu'à terme nous avons été amenés à adresser une demande de recours en garantie à Monsieur PELISSIER. Celui-ci a immédiatement chargé CAP INDUSTRIES de reprendre le revêtement de la voilure. Grâce au travail des menuisiers de Bernay, les qualités de vol s'en sont trouvées très nettement améliorées. Des anomalies résiduelles ont subsisté. Elles ont été réduites en modifiant des réglages. Nous sommes encore en contact avec Monsieur PELLISSIER pour vérifier une hypothèse qui devrait, nous l’espérons, les faire disparaître totalement.
Il faut préciser que de part et d'autre, malgré les aléas rencontrés, nous nous sommes efforcés d'entretenir un dialogue courtois, empreint de patience, de compréhension, de franchise sur le plan technique. Tout s'est bien déroulé à notre grande satisfaction, nous n'avons à aucun moment été confrontés à une fin de non recevoir et pourtant l'affaire était au moins aussi délicate que la réparation d'un longeron de ROBIN. Seule la disparition de CAP INDUSTRIES a assombri le tableau.

Si la procédure en cours devait aboutir à la disparition de la société APEX, non seulement les longerons des ROBIN resteraient à la charge des clubs mais nous n’aurions plus qu’à acheter nos avions à l’étranger, sans parler des emplois supprimés. L'enjeu est de taille.
Nous ne comprenons pas la logique d’un organisme qui, d’un coté agit efficacement avec une pétition anti-redevance, et d’un autre coté prend le risque d’être responsable de la disparition du denier constructeur majeur d’avions légers français.
Nous ne sommes pas persuadés qu'une consultation de l'ensemble des aéro-clubs utilisateurs de ROBIN ou de CAP montrerait qu'ils acceptent de courir l'aventure.

Nous laissons à chacun le soin de trouver à cette histoire la morale qui lui semblera la plus adaptée…


Jean-Louis Feltès
JEAN-LOUIS FELTES
 
Message(s) : 2
Inscrit(e) le : 08 Sep 2005, 16:54

Messagepar J@ck » 12 Sep 2005, 18:40

Je ne commenterais pas la procédure judiciaire engagée contre Apex.

En revanche il est certain que la disparition de Cap Industries entraîne la disparition, entre autres, de compétences spécifiques aux avions de voltige de la famille Cap.
Pour ce qui est du traitement des problèmes rencontrés lors de la fabrication et de la vente des premières ailes "carbones" il semble que tous les cas n'aient pas eu le même traitement ou même écoute. Je pourrais citer certains cas toujours non résolus malgré des engagements pris.
D'un point purement technique, il s'avère que l'origine du problème proviendrait du procédé de fabrication de ces ailes au tout début de la production. Les défauts ont semble-t-il été cernés et résolus pour les dernières productions.

L'inquiétude en matière de compétence structurelle sur des avions aussi spécifiques que les monoplace Cap232 vient elle aussi de grandir suite à la récente et grande tristesse qui s'est abattue sur notre monde de passionnés.

Gageons qu'Apex aura les ressources nécessaires pour assurer la pérennité des belles montures "d'Auguste"…

Jacques Chauvierre
J@ck
Administrateur
 
Message(s) : 554
Inscrit(e) le : 19 Mai 2005, 18:47
Localisation : Paris


Retour vers Actualité

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron
Fatal: Not able to open ./cache/data_global.php